45 appellations de vins de Bordeaux reconnues en Chine

Sans titre Après avoir reconnu les 45 appellations rattachées à l’indication géographique « Bordeaux », il incombe aux autorités chinoises de rétablir la confiance des consommateurs locaux envers les produits français au moyen d’un meilleur contrôle de la contrefaçon.

La reconnaissance début juin par les autorités chinoises de 45 appellations de vins de Bordeaux, bien qu’elle était attendue (voir notre article Un grand pas pour les vins de Bordeaux en Chine), est une nouvelle étape dans la lutte contre la contrefaçon viticole en Chine.

En effet, il faut se souvenir que le bilan des exportations de vins de Bordeaux avait connu en 2014 un net repli avec une baisse de 19% en volume par rapport à l’année précédente. Une chute qui s’explique à la fois par la découverte de nouvelles régions viticoles par le public chinois, des prix prédateurs, mais surtout par une perte de confiance du public chinois dans des produits qui ont la réputation d’être massivement contrefaits localement.

En réaction à ce phénomène, les autorités chinoises avaient notamment reconnu il y a un an l’indication géographique « Bordeaux ». Elles avait par ailleurs procédé à la formation d’une centaine de policiers lors d’un salon viticole à Chengdu afin d’améliorer leur capacité à détecter des vins contrefaits.

Des actions qui ont participé à un redressement des exportations de vins de Bordeaux de 34% en volume l’année dernière.

La reconnaissance nouvelle des 45 appellations rattachées à l’indication géographique « Bordeaux » va permettre un renforcement du contrôle a priori des produits, une charge qui reviendra à l’AQSIQ, l’Administration générale de la supervision de la Qualité, de l’Inspection et de la Quarantaine des produits alimentaires. Cette administration de niveau ministériel s’occupe notamment de la normalisation et de la reconnaissance par la loi chinoise des processus de fabrication des produits ainsi que de la reconnaissance et du suivi des indications géographiques.

Cependant, cette action sera-t-elle suffisante pour endiguer efficacement la contrefaçon chinoise des vins de Bordeaux ?

Un rapport publié fin 2015 par le comité national des conseillers du commerce extérieur de la France [1] dénonçait une « industrialisation » de la contrefaçon et en particulier par les importateurs et les distributeurs chinois de vins français.Le rapport en question proposait notamment d’user de logiciels de traçabilité unitaire comme base des outils de lutte contre la contrefaçon avec la mise en place d’un marquage des produits par codes (un exemple de dispositif de marquage de produit est relevé dans notre article Objets connectés, une autre façon de lutter contre la contrefaçon).

En tout état de cause, si cette reconnaissance des appellations de vins de bordeaux est positive pour lutter contre le phénomène des vins français contrefaits en Chine, il est probablement trop tôt pour juger de l’efficacité de cette mesure sur le long terme.

Article rédigé par Thomas GIRARD du cabinet LLRllr_new

 

 

 

[1] http://www.cnccef.org/TPL_CODE/TPL_PUBLICATION_INTERNET/PAR_TPL_IDENTIFIANT/2753/46-publications.htm

facilisis fringilla vel, commodo ante. sem,